Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Les Nimois Quand un écrivain nîmois tombe amoureux d’une actrice

Quand un écrivain nîmois tombe amoureux d’une actrice

La scène se passe à New-York en novembre 1989. Jean Carrière, écrivain nîmois et lauréat du Goncourt en 1972, rencontre son idole l’actrice américaine Sigourney Weaver dont il semble être tombé amoureux.
Quand un écrivain nîmois tombe amoureux d’une actrice

Jean Carrière et Sigourney Weaver à New York en novembre 1989

La scène se passe à New-York en novembre 1989. Le mur de Berlin vient de tomber. Jean Carrière, écrivain nîmois et lauréat du Goncourt en 1972, rencontre son idole l’actrice américaine Sigourney Weaver dont il semble être tombé amoureux. « Elle a marqué durablement l’esprit de mon père dans le film Alien », explique Emmanuel, le fils aîné de l’auteur de « L’épervier de Maheux ». En accompagnant son papa, il devient le témoin d’un des épisodes méconnus de la vie d’un des plus illustres Nîmois. Ecrivain au visage Indien Deux ans après l’écriture du roman « Les années sauvages» et après l’essai « Le prix d’un Goncourt », l’ami de Jean Giono au visage d’Indien propose à l’actrice américaine un livre d’entretien. Il sortira en 1994 sous le titre « Sigourney Weaver, portrait et itinéraire d’une femme accomplie » aux éditions La Martinière. Voilà pour le prétexte de la rencontre.

 

Un attrait pour les Etats Unis

Jean Carrière a toujours été fasciné par les Etats- Unis. Fascination qui, selon Emmanuel, s’appuyait sur les héros américains libérateurs de la France en 1944 puis sur ce mouvement culturel autour du jazz et de la littérature de William Faulkner et de Scott Fitzgerald. C’était un « gros bouffeur de cinéma ». Cette passion l’aidait à soulager son lourd quotidien. Avec  Sigourney Weaver, il est tombé sous le charme d’une des premières grandes héroïnes du cinéma outre-atlantique. "Papa touchait l'éternité".

 

La rencontre improbable

Grâce à plusieurs rencontres à New-York puis à Paris lors du tournage de « La jeune fille et la mort » de Roman Polanski, Jean Carrière matérialise son fantasme, son rêve. Emmanuel raconte ses premiers émois : « Ce fut un choc et une déchirure ce voyage. Papa n’était plus sur terre. Il avait touché l’éternité. L’usure du temps n’avait plus de prise. Il fallait voir l’arrivée de l’actrice en grande limousine noire. Elle était enceinte de sa fille, Charlotte ». Sigourney Weaver est en plein tournage de SOS Fantômes 2. Peu de choses ont transpiré sur la réalité de leur relation professionnelle.

 

« L’indifférence des étoiles », écrit par Jean Carrière et publié en 1994, semble pourtant s’inspirer de cette rencontre inimaginable. La ville a rendu hommage à l’écrivain aux 2 millions de livres vendus (pour le prix Goncourt) et traduit en 14 langues en baptisant une école de la ville, celle des Platanettes. Quant à Sigourney Weaver, sa présence dans «Avatar », un film révolutionnaire par la technologie employée, montre elle aussi la pérennité de son talent.

 

Jérôme Puech

 

Nos plus vifs remerciements à Emmanuel Carrière et Serge Velay.

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville