Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Les Nimois Ma petite entreprise !

Ma petite entreprise !

Johanna Del Campo, 30 ans, s’est lancée dans la création de son entreprise de secrétariat. Elle confie ses secrets de « Working girl » pour déjouer la crise du marché de l’emploi. Interview.
Ma petite entreprise !

Johanna pleine d'espoirs

Une à Nîmes : pourquoi avoir décidé de créer une petite entreprise ?

 

J’en avais assez de mon boulot précédent. Je voulais le quitter en créant ma propre entreprise. Je suis plutôt du style à varier mes activités et mes interlocuteurs. Et surtout je suis persuadée qu’il y un vrai besoin chez les artisans et les commerçants en matière de secrétariat. Ce sont souvent des personnes qui n’ont pas envie ou qui n’ont pas le temps de s’occuper des démarches administratives. Je le fais à leur place. Tout simplement.

 

Une à Nîmes : quelle méthode as-tu employée pour y arriver ?

 

Dans un premier temps, je suis allée à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour avoir des renseignements sur la création d’entreprise. C’est fabuleux. Ils m’ont écoutée et accompagnée dans mes démarches. Je conseille à tous les porteurs de projet de création d’y aller. C’est tous les mardis matin. Ensuite, j’ai opté pour la création d’une entreprise individuelle. Je trouve que ce statut est plus adapté à ma situation. Il a une image plus positive que celui d’auto-entrepreneur. J'ai longuement réfléchi à un nom en me mettant à la place de mes futurs clients. Enfin, j’ai utilisé mes droits au chômage pour financer mes frais de départ : création d’un site Internet, réalisation de plaquette, cartes de visites et autocollants.

 

Une à Nîmes : comment envisages-tu l’avenir ?

 

Je suis confiante car je crois à mon concept. J’ai démarré en septembre seulement. Cela va prendre un peu de temps pour me faire connaître et avoir des clients. J’ai déjà un artisan. Je viens de signer un partenariat avec le syndicat de l’industrie hôtelière. Donc ça avance. Je suis très motivée. Dans mon entourage, je vois des artisans souvent en bute avec des difficultés. Moi je leur apporte MA solution, une bulle d’air. Mon objectif est d’atteindre une moyenne de 3 000 euros de chiffre d’affaire par mois.

 

Propos recueillis par Jérôme Puech

En savoir plus : www.la-bulle-dair.fr

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville