Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Les billets L'Atlantide Camarguaise

L'Atlantide Camarguaise

Olivier Vaillant, dit Picholin le belge, réagit à l'actualité de notre ville. Ici il s'agit d'une tradition séculaire: la course camarguaise. Elle est en crise. Va-t-elle disparaître ?
L'Atlantide Camarguaise

La course camarguaise dans les arènes de Nîmes

En ce début 2016, comme vous tous, j'ai été atterré en apprenant la mise en faillite de la FFCC, la Fédération Française des Courses Camarguaises. Pour 130.000€. 130.000 petits euros, même pas le salaire de José Thomas pour une seule corrida. La Camargue est-elle donc devenue si pauvre au point de ne même plus arriver à financer ses traditions séculaires ? Pourquoi ce désamour et ces difficultés, à l'heure où une autre tradition taurine, importée et décriée, n'a jamais eu autant de succès au point d'en devenir la star incontestée de nos férias ?

Pourtant, les courses camarguaises, si elles ne revêtent certes pas d'habits de lumière, sont pleines d'avantages:

* L'homme est l'égal de l'animal, sans armes et sans mise à mort,

* Les meilleurs bious reviennent bien vivants, souvent avec plaisir et pour nous offrir un spectacle toujours meilleur,

* La prise de risque des raseteurs est souvent plus importante et plus physique que celle des toreros, secondés et protégés par les picadors,

* L'accès aux spectacles, qui se répètent durant toute une saison comme au foot, est financièrement bien plus accessible que celui aux corridas lors des férias voire même de celui au stade des Costières pour aller voir jouer les crocos...

 

Alors, je me répète, pourquoi ce désamour alors que tous les ingrédients y sont ? N'y a-t-il pas, dans le fin fond de la Camargue et de ses manades, un Jean Bousquet ou/et un Simon Casas pour remettre les traditions camarguaises au centre des préoccupations, rassembler leurs acteurs autour d'un projet commun et leur redonner les lettres de noblesse qu'elles méritent? Il est temps de rappeler au monde entier que la Nîmes tauromachique n'est pas seulement celle des mises à mort, mais également celle qui honore la fé di biou. D'autant plus à l'heure où on s'apprête à attirer le chaland dans un prestigieux musée de la Romanité et dans un hôtel des Postes très joliment restauré et réaffecté, ne me dites pas que parmi les amateurs de Courses Camarguaises il n'y a pas quelques bonnes âmes prêtes à s'investir gracieusement dans la com?!

 

Bon allez une fois, avant d'aller manger ma frite je prends l'initiative d'apporter ma petite pierre à l'édifice, avec ma vision pour une nouvelle identité visuelle: du blanc, du noir, du rouge, 2 F en portes de toril, 2 C en cornes de taureau, le tout souligné par une griffe... et al cop que ven !

 

Picholin Lebelge.

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville