Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Les billets Alors, elle se porte comment la Corrida ?...

Alors, elle se porte comment la Corrida ?...

Bien… d’excellente Constitution même, merci ! Daniel Saint Lary commet une nouvelle humeur taurine suite à la décision du conseil constitutionnel de pas rendre illégal la corrida.
Alors, elle se porte comment la Corrida ?...

Daniel Saint Lary

Ils auront tout essayé : tentatives d’interdire aux mineurs l’entrée dans une arène, contrôle de l’âge de jeunes toreros en infraction supposée à la législation du travail, dénonciation de l’estocade ou du coup de grâce (puntilla)responsable selon eux de déclencher des maladies type « vaches folles », manifs internationales monstres…peinant à rassembler 200 personnes, sondages-maison,  nénés de Peta nues peinturlurées de faux sang, actions juridiques sans cesse perdues mais toujours recommencées, jusqu’à la dernière … le clou…la cerise sur le gâteau … le coup de trop… la balle dans le pied.

Du nanan.

 

Un cadeau !

 

Les juges constitutionnels saisis pour une question prioritaire de constitutionnalité se rapportant à l’exception légale sur le mauvais traitement aux animaux en raison d’une tradition locale ininterrompue, et sur l’inégalité devant la loi qu’elle induirait, les ont renvoyés dans leur corral : l’exception culturelle des courses de toros n’est pas anticonstitutionnelle.

 

 La corrida se trouve du coup validée et renforcée, partout dans le Grand Sud

 

Oh, les mauvais perdants ! Dépités, ils jugent les juges partiaux, aux ordres, leur décision de basse extraction politique, le Ministre Manuel Valls d’être intervenu honteusement. Du coup, ils fulminent, trépignent, menacent, préparent la contre attaque, fourbissent une proposition de loi visant à supprimer l’exception (on leur souhaite bien du déplaisir), menacent de porter leur pet devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Mais pourquoi ne pas aller plutôt devant la CAJ ( la Cour Animale de Justice) qui semblerait la seule compétente à dire leurs droits -aux animaux- ?

 

Ah, elle n’existe pas ? Mais crénom, il faut la créer ? Puisqu’il ne leur manque que la parole (aux bêtes), donnons-leur ! Et que faute de pouvoir régler le sort des toros, ils se prononcent tout de suite sur la validité de la pétanque, eu égard au sort qu’on réserve au cochonnet. Et même du foot européen, puisqu’on y arrête pas de tirer les poules.

 

L'intelligence humaine y gagnera

 

Quant à la sodomisation des mouches, dont les animalitaires se sont fait une spécialité, nous les laissons à leur conscience, afin qu’ils cessent à l’avenir de jeter l’opprobre sur de malheureux diptères innocents. Peut-être que l’intelligence humaine y gagnera. Peut-être qu’ils y regarderont à deux fois avant de maculer de peinture rouge la statue de Nimeno sur le parvis des arènes. Et qu’ils méditeront cette phrase prononcée en d’autres temps : « quand on s’attaque à une œuvre d’art, les mauvais coups pour l’Homme ne sont jamais loin ».

 

Daniel Saint Lary

 

Il a signé un ouvrage paru aux Editions Atelier Baie consacré au maestro nîmois Lucien Orlewski « Chinito » ; il travaille à un recueil de nouvelles et prépare pour 2013 avec l’équipe de Arte y Toro une exposition consacré à la « Génération toreros » de France des années 70. Il collabore au magazine Planète Corrida.

 

 

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville