Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil Découvertes J’ai testé pour vous « Le passage de Virginie »

J’ai testé pour vous « Le passage de Virginie »

Peu connue, cette adresse combine rapport qualité-prix et ambiance romantique et fraîche dans une rue du cœur de ville. Un moment de pur bonheur à vivre le midi entre collègues de travail ou le soir dans une version romantique.
J’ai testé pour vous « Le passage de Virginie »

Alexander, debout à gauche

Déjeuner avec deux amies en plein été dans cette impasse Fresque est un pur bonheur. Un peu comme lorsque Julia Roberts, l’actrice de « Mange, prie, aime » découvre avec délices des tables extraordinaires au cœur de l’Italie. Mes amies, elles, ressemblent à Penelope Cruz et à Demi Moore. Elles vieillissent que rarement. Une fois tous les 3 ans. Nous décidons de partager un moment suspendu sous l’ombre de cette rue dominée par des balcons et de la verdure. Le passage de Virginie est situé dans une rue perpendiculaire à la rue Fresque. Celle du bar le 421. Nous optons pour la formule de midi à 15 euros (souvent le café offert). Ce midi, nous apprécions des aubergines sur un coulis de tomate puis un suprême de volailles avec une purée « maison » de haut vol. En dessert, Crumble de pêche. Il fait frais malgré la chaleur qui frappe les murs. Tout le monde semble de bonne humeur. Nous compris.

 

Un accent séduisant

 

C’est le cas du serveur, Alexander qui partage la vedette du lieu avec Virginie en cuisine. Son accent fait fondre les femmes. Sa gentillesse vous donne envie de revenir. Parfois, il se confie. Il parle de ses origines, la République Dominicaine. Il provoque de l’étonnement lorsqu’il évoque sa famille composée de 28 frères et sœurs. Oui vous avez bien lu. Virginie, la petite blonde des cuisines, a de qui tenir en la personne de Madi. La célèbre restauratrice s’est illustrée à Nîmes avec le Chapon fin ou dernièrement « Chez Angèle » rue Saint Antoine. Elle a rendu le tablier. Sa fille, l’héritière, continue de perpétuer la tradition d’une cuisine savante. « Notre cuisine est faite maison et élaborée à base de produits frais » indique l’écriture d’enfant de la carte. On y trouve en entrée un pressée de légumes (12 euros), une tarte sablée à la fondue de tomate (14 euros) ou de la chair de tourteau (14 euros). En plat, vous pouvez vous laisser tenter par un Risotto aux crevettes (19 euros) ou une épaule d’agneau confite aux saveurs d’orient dans une aubergine rôtie (20 euros). Puis en dessert, comment ne pas résister à la Panna cotta au chocolat blanc, fleur d’oranger et abricots rôtis (8 euros). Il y en a d’autres pour vous faire oublier vos résolutions de régime estival.

 

Un lieu romantique

 

Déjeuner ou diner sous les balcons offre un cadre romantique tout aussi appréciable que la cour du Neuf de la rue de l’étoile. Nul doute que la fille de la rue des Patins, parallèle à cette impasse, aurait goûté ce magnifique cadre reflétant un art de vivre au cœur d’un Ecusson, battant encore fort. Les places alignées en une seule rangée favorisent la communication. On s’imaginerait presque à un grand repas de famille ou entre amis. Les serveurs savent mettre à l’aise les clients. « C’est ma cantine ! » s’écrie mon amie commerçante qui s’approprie la découverte du lieu comme Christophe Collomb l’Amérique. Le temps est passé trop vite. Nous voilà contraints de quitter l’impasse. L’addition avec quelques verres de vin nous fait 56 euros à 3. Jetez un œil sur le magnifique portrait de Nimeno II, celui qui m’a fait aimer la tauromachie. L’envie de revenir me taraude encore.

 

Jérôme Puech

 

Le Passage de Virginie

15, impasse Fresque 30 000 Nîmes

04 66 38 29 26 Penser à réserver – Les places extérieures sont prises rapidement.

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville