Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil A la une Une belle leçon de vie

Une belle leçon de vie

A l'occasion du mois d'octobre ROSE consacré à la lutte contre le cancer du sein, une nîmoise témoigne de sa propre expérience. Frédérika se confie sur son combat personnel et intime !
Une belle leçon de vie

Frédérika Mangin

D’abord, il y a le diagnostic, cancer du sein. Ca vous tombe dessus, vous n’y aviez jamais pensé, occupée à vivre une vie familiale, amicale, associative et professionnelle bien remplie. La violence des mots. L’annonce de toutes les joyeusetés qui vous attendent : intervention chirurgicale, radiothérapie, chimiothérapie. Le sol qui se dérobe sous vos pieds.

Ensuite, très rapidement, le combat, le rejet viscéral de la mort.

Des moments difficiles, la mutilation, la chute des cheveux, des atteintes violentes à votre féminité.

L’éloignement de la vie professionnelle, on se sent « en dehors », on aimerait continuer à se sentir utile, alors qu’il faut se concentrer sur le traitement, c’est l’urgence du moment.

Le soutien de la famille, des amis, souvent très démunis. Ceux qui au quotidien vous offrent leur soutien, leur amour. Ceux qui n’osent pas vous en parler de peur de vous importuner. Ceux qui font preuve d’une curiosité malsaine, vous voyez une méchante lueur dans leurs yeux. Ceux qui sont dans le déni. 
A tous ceux-là, je dis juste : « Osez, parlez ! ». Si je ne suis pas en capacité de dire, et bien justement je le dis, je parle de la peur d’être débordée par les larmes. Mais il y a tous les moments où j’en suis capable et ça fait du bien de pouvoir partager ce quotidien difficile.

Et puis il y a les rémissions, des années de tranquillité, apparente, avec l’angoisse chevillée au corps lors des contrôles essentiels. Le dosage des marqueurs tumoraux si nécessaire et qui n’est pas une évidence pour la Sécurité Sociale.

Il y  aussi, heureusement pas toujours, mais je fais partie de celles qui ont tiré le mauvais numéro à la loterie de la vie, les récidives.

Dont l’annonce est encore plus violente que l’annonce initiale. On se croyait à l’abri, on avait tout fait comme il faut, comme un élève obéissant et assidu.

Retour dans le circuit.

Pour ce qui me concerne mon circuit c’est l’hôpital Carémeau de Nîmes. Le service de Radiothérapie Oncologie dirigé par Françoise Bons et son équipe.

En ce mois d’Octobre Rose, j’aimerais leur rendre un sincère hommage. Remercier Françoise Bons pour son extrême compétence, sa réactivité, sa disponibilité, sa grande humanité, sa défense acharnée du service public de santé. Remercier le personnel du service d’hospitalisation de jour, les infirmières, les aides-soignantes, la  psychologue, les internes. Dire leur compétence, cette même humanité, cette disponibilité dans les moments où vous craquez. Ils répondent toujours présents. J’aime ce lien depuis toutes ces années qui s’est tissé, les livres qu’on s’échange, les rires, les récits de voyages.

Une leçon de vie, pas forcément celle dont on aurait rêvé, mais une belle leçon de vie.

 

Frédérika Mangin

1er octobre 2013

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville