Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil A la une Un sourire après la guerre !

Un sourire après la guerre !

Nîmois d’origine ukrainienne, Nicolas Tacussel, 30 ans, a créé une Organisation Non Gouvernementale pour venir en aide aux victimes de la guerre en Ukraine. Depuis Kiev, il témoigne de sa vie de psycho-praticien qui permet de leur redonner un sourire.
Un sourire après la guerre !

Nicolas Tacussel avec des orphelins (photo G. Froment)

Pourquoi avoir choisi l'Ukraine, Kiev pour venir en aide aux populations en temps de guerre ?

Je suis d'origine Ukrainienne par mon grand père. Quand il y a eu l'Euromaidan (Révolution de la dignité), les médias français racontaient de manières très négatives ce qu'il se passait. J'ai décidé d'aller voir par moi même, sans connaitre la langue et en ayant aucune connaissance dans le pays. Quelques mois après, j’ai fermé mes bureaux de consultations à Nice et à Biarritz pour venir m'installer en Ukraine. J'ai toujours eu, dans le cadre de mon activité professionnelle, une fibre très “humaniste”. Apres avoir rencontré de nombreux psychologues en Ukraine, je me suis rendu compte qu'il y avait une grande carence en terme de savoirs et de compétences. J'ai fondé et créé l’ONG “Smile For Ukraine”. Je voulais un truc positif pour l'Ukraine

 

Qu'est ce qui te motive tous les jours ?

Ma motivation quotidienne, est de voir, que dans chacune de tes actions, tu vois, petit à petit, le corps de la personne changer...Tu vois un vrai sourire spontané qui arrive. Il n'y a rien de plus beau que de voir un orphelin, vivant dans une zone de guerre, commencer à pouvoir te parler de ses projets futurs. Il n'y a rien de plus beau, qu'un militaire qui a perdu ses 2 jambes en sautant sur une mine pour défendre son pays (nombreux soldats viennent du civil), qu'après une séance avec toi, ressent son corps complètement différemment. Ma motivation et mon envie, je la puise dans les rencontres humaines que je fais. Nous sommes loin de tout côté matériel. Nous sommes dans la richesse de l'être humain...

 

Est ce que Nîmes te manque ?

Nîmes me manque cruellement! Nîmes c'est MA ville, Nîmes c'est MA vie! J'aime plus que tout Nîmes car j’ai plein de souvenirs. En Ukraine, je suis très occupé et sollicité: médias nationaux et leurs interviews, séjours dans les orphelinats, formations organisées, consultations à l'hôpital…aussi quand je reviens en France, c'est pour travailler à mon bureau à Paris. Souvent sur la route de l'aéroport, je rêve de prendre un train pour descendre à Nîmes. Trois heures pour aller à Kiev en avion...3h pour aller à Nîmes en train. Lorsque je suis vraiment fatigué, je vais recharger mes batteries à Nîmes. Ici, je suis “incognito”, ça fait du bien. Qu'importe du jour ou de la nuit quand j'arrive, je pose mes valises et je vais marcher dans la ville. Je me nourris de chaque instant passé. Je passe à chaque fois devant “mes” arènes, comme un lieu de pèlerinage. Je fais en sorte de les visiter à nouveau. Je m'assois, dans ce grand lieu calme et je me remémore toutes les plus grandes faenas auxquelles j’ai pu assistées.

 

Est-ce que tu peux dire que tu as trouvé un vrai sens à ta vie ?

Cela m'a permis de renforcer mon côte “humaniste”. J'ai souvent envie de dire aux gens: “Arrêter d'attendre de l'amour ou de la reconnaissance de la part des autres. Vous avez absolument toute cette richesse en vous! Cessez de donner de l'importance à des choses que vous ne pouvez pas maitriser. Construisez réellement votre vie selon vos propres critères, mais n'attendez rien, ne demandez rien...juste osez...”.

 

Propos recueillis par Jérôme Puech

En savoir plus: www.smileforukraine.com

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville