Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil A la une Les Costières misent sur l’art de vivre

Les Costières misent sur l’art de vivre

Bernard Angelras, président des Costières de Nîmes annonce la couleur pour séduire ses clients : « nous voulons partager notre identité, notre art de vivre ». Il explique son plan marketing et de communication.
Les Costières misent sur l’art de vivre

Les Jeudivins tout l'été place Abbé Pierre à Nîmes (Photo Jean-Pierre Palomar)

L’identité de Nîmes se conjugue avec son histoire romaine, avec sa féria si particulière et avec son art de vivre. La jeune appellation « Costières de Nîmes », née en 1986 sous le nom de Costières du Gard, ambitionne « d’être dans les 10 meilleures appellations de France » annonce Bernard Angelras lors d’un point presse ce mercredi 9 juillet au restaurant étoilé de Vincent Croizard à Nîmes. La communication et les opérations événementielles se remarquent à l’échelle de Nîmes et de ses environs. Vignes toquées (balade dégustatrice dans les vignes) a réuni près de 1 600 participants en mai dernier, les Jeudivins sur la place Abbé Pierre rencontrent un succès croissant tous les jeudis de l’été (20 000 verres vendus en 2013), Nîmes toqué, qui se déroulera le dimanche 8 novembre prochain, promet de réunir près de 600 épicuriens. Enfin, la bodega des Costières, présente à la féria de Pentecôte et des vendanges, est une vitrine formidable du dynamisme des vignerons. La ville et les nîmois se parent volontiers des lunettes (8 000 unités diffusées) roses ou des chapeaux siglés de la marque qui enregistre des ventes en augmentation avec +26% en grande distribution.

 

Investir les nuits parisiennes

« C’est en discutant tardivement avec le DJ Eric Kaufmann que l’idée est venue d’organiser des soirées de promotion à Paris » lâche avec surprise le président. La recette est simple : convivialité, musique et vins des Costières. La nouvelle stratégie consiste à utiliser le bouche-à-oreille et à multiplier les réseaux. Pour ce faire, les Costières annoncent un nouveau site Internet : www.costieres-nimes.org. Une communauté des amoureux des Costières a été créée. Le message du site est clair : « vous aimez les vins de l’AOC Costières de Nîmes ? Alors rejoignez CrocoTeam, la communauté des ambassadeurs Costières de Nîmes ». Pour Nicolas Ponzo, directeur des Costières de Nîmes, « nous jouons la carte de la consommation collaborative ». Il veut s’appuyer sur les commentaires positifs des réseaux sociaux pour mieux faire vendre encore la marque.

 

Se relier à nos origines

Les clients des Costières de Nîmes ont délaissé les alcools forts de leur jeunesse (whisky, Vodka, Gin et autres liqueurs) pour déguster entre amis et familles les produits de notre terroir, celui des vins de la vallée du Rhône. La démarche prend tout son sens lorsque l’on raconte une histoire, lorsque le vigneron vous explique son travail. Vous vous sentez relier à la terre de vos origines. Ecouter parler Bernard Angelras, c’est comme écouter ce grand-père qui travaillait la terre de ses mains et de sa sueur. Son accent, sa bonne humeur, son sens de la convivialité vous rappellent, si besoin en était, que l’on est bien de la même région et que l’on en est fier ! « Il faut regarder les People faire la fête à St Tropez, ils ne boivent plus des magnums de champagne mais des magnums de rosé à des prix équivalents » dit-il avec un sourire espiègle. Revenant sur terre, il rappelle que les vignerons des Costières n’ont jamais été riches et qu’ils ne le seront pas (le coût de vente de l’hectare est de 15 000 euros en Costières). A l’image de l’épisode de grêle qui s’est abattu sur les vignerons de l’Aude, la préoccupation météo devient une obsession chez lui et pour sa profession. Le président de l’appellation s’est levé ce matin à 3h45 juste après son fils avec lequel il sillonne ses 80 hectares d’une terre nourricière et prometteuse pour 2014.

 

Jérôme Puech

 

Les Costières de Nîmes en chiffres :

83 caves viticoles produisant de l’AOC Costières de Nîmes (72 caves particulières et 11 caves coopératives)

205 000 hectolitres produits sur la saison 2013-14 (de juillet à juillet)

3 500 hectares surface revendiquée

Couleurs : 51% rouge, 40% rosé et 9% blanc

30% vendus à l’exportation (Chine, GB, Amérique du Nord, Japon,…)

25% de production en BIO

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville