Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil A la une « Le HBCN a besoin du soutien des Nîmois »

« Le HBCN a besoin du soutien des Nîmois »

Lors d’une conférence de presse « aux 3 brasseurs », les joueuses de handball de Nîmes et Olivier Gebelin ont expliqué la situation : un trou de 340 000 euros et un avenir très incertain pour le club, ses 350 licenciées et ses 19 salariés.
« Le HBCN a besoin du soutien des Nîmois »

Camille Ayglon, Olivier Gebelin, Blandine Dancette et Delphine Carrat

« Le Hand Ball Cercle de Nîmes a besoin du soutien des Nîmois et de la famille du handball» a expliqué Camille Ayglon-Saurina, joueuse du club et internationale. Le ton était grave et les traits tirés. Et pour cause, les joueuses et les membres du club ont appris il y a moins d’une semaine avec grande surprise la situation économique difficile du club, plombée par un trou financier de 340 000 euros. Olivier Gebelin, ancien président du HBCN, a animé la conférence de presse aux 3 brasseurs à quelques mètres du Parnasse, théâtre de deux victoires en coupe d’Europe. Si le lieu se prête habituellement pour fêter les victoires avec les joueuses et les supporters, ce mardi 1er mars le rendez-vous était pesant. L’avenir du club va se jouer dans les jours à venir.

 

Mobilisation générale

 

Côté sportif, le club appelle à un sursaut chez les amateurs du handball avec le match de samedi soir 20h au Parnasse contre Fleury. Le HBCN conserve ses chances de jouer les Play-OFF et de remporter le titre. Mais les têtes n’empêcheront-elles pas les jambes des joueuses d’avancer tant la situation du club est grave ? Côté administratif, les joueuses attendent d’être payées pour le mois de février, sans doute le 5 mars. Olivier Gebelin ne sait toujours pas les causes de « cette situation économique difficile ». Une réunion de bureau doit avoir lieu ce soir pour lever les zones d’ombres. « Nous sommes déjà à la recherche de solutions avec nos partenaires publics et privées ». L’inquiétude est grande pour la pérennité d’un club qui compterait 350 licenciées et 19 salariés dont 13 joueuses en contrat Pro.

 

Les scénarios à venir

 

« La situation va se clarifier dans les jours qui viennent » assure Blandine Dancette, joueuse récemment sélectionnée en équipe de France pour affronter l’Allemagne au Parnasse le 12 mars. Deux objectifs sont affichés : terminer la saison tant bien que mal et préparer la suivante en étudiant toutes les possibilités. Parmi elles, un rapprochement avec l’USAM a été envisagé comme avec le club de Bouillargues ou encore un appel à contribution du public à l’image du Rugby Club Nîmois. Le HBCN pourrait se voir dans l’obligation d’être rétrogradé par la Ligue Française de Hand. Le HBCN pourrait aussi mourir de sa belle mort comme avant lui le club de Mios ou de Brest. Cela pose le problème de la survie du handball féminin en France. En attendant, Camille Ayglon était dans le vœu : « j’espère que l’on nous donnera la possibilité de continuer ».

 

Jérôme Puech

 

Les chiffres du HBCN :

 

1,2 millions d’euros de budget

340 000 euros de recettes non rentrées

700 000 euros de budget pour être en ligue 1

350 licenciées

19 salariés

13 contrats professionnels

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville