Facebook Twitter YouTube

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Recevoir la Newsletter

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Se connecter
Sections
Vous êtes ici : Accueil A la une "Je suis libre de mes choix"

"Je suis libre de mes choix"

Edouard Elias, ex otage retenu en Syrie est de retour dans sa famille et son village à St Quentin la Poterie (Gard) ce vendredi 25 avril. Le photojournaliste nîmois, après ses 10 mois de captivité, aspire au retour à une vie normale.
"Je suis libre de mes choix"

Edouard Elias devant la mairie de St Quentin

Retenu en otage depuis le 6 juin 2013 en Syrie avec Didier François, Nicolas Henin et Pierre Torres et libérés le 19 avril, le gardois Edouard Elias était de retour dans sa famille et son village. Arrivé jeudi soir, le jeune homme de 22 ans s’est présenté devant la mairie ce vendredi 25 avril en fin de matinée pour remercier ses soutiens locaux et pour donner une conférence de presse dans la salle du conseil municipal. « Je ne suis pas un héros » a-t-il adressé à la foule d’une centaine de personnes réunies devant l’hôtel de ville. Murmurant « ce sont les services de l’Etat qu’il faut applaudir pour nous avoir libéré et pas moi», le photojournaliste s’est volontiers prêté au jeu des questions de ses confrères locaux et nationaux avec une grande humilité et simplicité.

 

Revoir ses grands parents

 

« Je suis libre de mes choix, je peux me retrouver seul dans une pièce si je veux » s’est ainsi exprimé l’ex otage heureux de retrouver ses plus proches amis. Tout au long de son entretien avec la presse, le jeune photographe n’a manifesté qu’une seule vraie envie, celle de ne plus être devant les objectifs mais bien derrière « en retrait ». Sa seule inquiétude durant ces dix longs mois enfermé la plupart du temps dans le noir et dans les caves humides et froides de la Syrie était de penser à ses « grands parents âgés » pour qui il était normal de tenir dans l’espoir de les retrouver en bonne santé. Il a témoigné de conditions de détention pas toujours faciles et parfois fatigantes physiquement et moralement.

 

 

Aller chez le coiffeur

 

Interrogé sur ce qu’il allait faire dans les prochains jours, Edouard Elias a indiqué vouloir se reposer, travailler, lire et repartir aussitôt en reportage. « J’ai décroché des contrats sans réellement pouvoir montrer mon savoir-faire ». En effet Edouard Elias a été enlevé très peu de temps après avoir franchi la frontière syrienne. Tous ces appareils photographiques ont été confisqués. Il regrette le temps perdu et le coup d’arrêt à son début de carrière professionnelle pourtant prometteuse. Plus tard dans la journée, Edouard a déjeuné avec le couple Larribe, ex otages gardois enlevés au Niger puis, sur les injonctions de sa grand-mère « Nonna », il a décidé d’aller chez le coiffeur car disait-elle « je lui avais dit de couper ses cheveux avant de partir en Syrie ». Bref, la vie reprend son cours normal avec un goût prononcé pour la liberté !

 

Jérôme Puech

Video

Une à Nîmes 2016 Présentateur : Jérôme Puech.

 

 

 

 

Météo
Météo Nîmes

UNE À NÎMES Le e-magazine des gens qui aiment leur ville